Bob Bourbon

Depuis plus de quinze ans je tente de créer une poésie visuelle au travers d’installations, de sculptures ou des créations lumineuses à partir d’objets urbains ou de matières obsolètes industrielles ou commerciales voués au pilon. 
A l’origine le déclencheur est un constat de gaspillage, de surproduction et rapidement d’obsolescence (programmée ou pas). 
Ne pouvant rester insensible à ce schéma navrant mais bien réel, c’est l’hors d’un séjour aux USA que tout me semble clair et évident face à cet afflux de matières exotiques et surtout face à leur quantité. 
Je commence alors à collecter, nettoyer, façonner et assembler ces éléments. Je dois bien sûr m’adapter, comprendre, et contraindre la matière mais comme dans une méditation, j’y trouve inspiration, réflexion et apaisement. 
Ces moments de création me forcent à appréhender différemment ce qui m’entoure. 
L’inspiration vient vite mais la conception est toujours un processus plus lent. Seule la matière m’impose des limites. Si je me fixe des objectifs, il arrive souvent que ce que je découvre que la poésie, l’esthétisme et la liberté me mènent ailleurs, plus loin que je ne l’aurais imaginé. 
Il m’est toujours apparu étonnant que l’être humain sur cette planète est le seul être vivant à s’appliquer à la détruire, comme il est également le seul à pouvoir créer de l’Art. 
Et si l’Art pouvait jouer un rôle ? Ne pourrait-il pas induire de nouveaux comportements plus respectueux de l’environnement ? 
L’Upcycling Art comme l’ont qualifié les anglo-saxons est une notion bien nouvelle et peut-être pas encore très connue, mais c’est mon approche artistique. Avoir un oeil décalé sur le monde qui nous entoure, provoquer des émotions et partager ma sensibilité sur des sujets comme la valorisation des déchets ont donné un sens à ma création. 
Je parle ici de décontextualisation d’objets ouvrant un nombre de portes infinies de création et de poésie. Les couleurs, les formes et les matériaux sont autant de pigments à utiliser dans cette création artistique contemporaine et si par beaucoup d’aspects elle peut aussi se relever d’une démarche citoyenne, je suis prêt à la partager. 
Nous sommes tous des artistes ! 
Bob BOURBON